Plus
infos
miniature boire de l'eau de mer

Souffrir avec joie est très convenable

Souffrir est inévitable

C'est évident.

Il y a trois façons de souffrir

Comme croix au Calvaire :

  1. Comme le mauvais voleur (malgré lui)

  2. Comme le bon voleur (avec patience)

  3. Comme le Christ (avec joie)

Avantages de souffrir avec joie

Quand nous souffrons ainsi nous payons pour nos péchés passés et nous gagnons de mérite pour l'éternité. Si nous soufrons seulement à contre-coeur, nous ne les gagnons pas.

“il faut bien apprendre aux Fidèles que ceux qui supportent avec patience tout ce que Dieu leur envoie de pénible et d’affligeant trouvent précisément là une source abondante de satisfaction et de mérites ; tandis que ceux qui n’endurent ces sortes d’épreuves qu’avec répugnance et malgré eux se privent de tous les avantages des œuvres satisfactoires, et ne font que subir la punition et le juste châtiment de Dieu qui se venge de leurs péchés.” Catéchisme de Trento.

Comment souffrir avec joie

Si notre vie est dédié à Dieu (quel que soie notre état), quand nous vivons seulement pour faire Sa volonté (telle que nous la comprenons à chaque instant), toutes les difficultés que nous trouverons, seront opportunités de montrer à Dieu la persévérance de notre amour vers Lui.

Imaginons que nous sommes en train de faire le chemin de St. Jacques : chaque difficulté que nous devrions subir jusqu'à la fin, sera un mérite additionnel.

Si nous voulons amener une rose à notre fiancée, autant plus de difficultés nous trouverons pour arriver chez elle avec la rose, autant plus d'amour nous montrerons pour elle.

Bibliographie

Lettre aux amis de la croix (Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

Les saintes voies de la croix (Mons. Henri-Marie Boudon) (On peut lire aussi le livre originel sur gallica.bnf.fr à ce lien)

On peut souffrir avec joie ?

Oui ! De la même façon que nous souffrons le douleur de nos pieds au chemin de St. Jacques au même temps que nous avons la grand joie intérieure de parcourir le chemin.

Ceux qui ne croient pas à Dieu peuvent aussi souffrir beaucoup avec joie (avec une souffrance qui nourrit l'orgueil). Eux sont martyrs du démon, car donnent la vie pour une chose différente de Dieu.

Recommandation

de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort à sa “Lettre aux amis de la croix”:

“Faites profit, et même davantage, des petites souffrances que des grandes. Dieu ne regarde pas tant la souffrance que la manière avec laquelle on souffre. Souffrir beaucoup et souffrir mal, c'est souffrir en damné; souffrir beaucoup et avec courage, mais pour une mauvaise cause, c'est souffrir en martyr du démon; souffrir peu ou beaucoup et souffrir pour Dieu, c'est souffrir en saint.

S'il est vrai de dire qu'on peut faire choix des croix, c'est particulièrement des petites et obscures quand elles viennent en parallèle avec les grandes et éclatantes. L'orgueil de la nature peut demander, rechercher, et même choisir et embrasser les croix grandes et éclatantes; mais de choisir et de bien joyeusement porter les croix petites et obscures, ce ne peut être que l'effet d'une grande grâce et d'une grande fidélité à Dieu. Faites donc comme le marchand au regard de son comptoir: faites profit de tout, ne laissez pas perdre la moindre parcelle de la vaie Croix, quand ce ne serait qu'une piqûre de mouche ou d'épingle, qu'un petit travers d'un voisin, qu'une petite injure par méprise, qu'une petite perte d'un denier, qu'un petit trouble dans l'âme, qu'une petite lassitude dans le corps, qu'une petite douleur dans un de vos membres, etc. Faites profit de tout, comme l'épicier de sa boutique, et vous deviendrez bientôt riches en Dieu, comme il devient riche en argent, en mettant denier sur denier dans son comptoir. A la moindre petite traverse qui vous arrive, dites: "Dieu soit béni! Mon Dieu, je vous remercie"; puis cachez dans la mémoire de Dieu, qui est comme votre comptoir, la croix que vous venez de gagner; et puis ne vous en souvenez plus que pour dire: Grand merci ou miséricorde!”

Si nous sommes croyants (notre vie est dédié à Dieu, quel que soit notre état), toutes les peines que nous subissons (même les plus petites) et difficultés de la vie que (avec la grâce de Dieu) nous surmontons pour continuer à vivre et donc faire Sa volonté, son mérites additionels pour la vie éternelle. Grand joie face aux difficultés et croix!

Mentions légales      
Haut de page